Σιγα Σιγα de Mathilde Lalle

Installation sonore déambulatoire

2013-2014

Fondamentalement intéressée par la façon dont les individus construisent leur identité, leur environnement de vie et leur rapport à l’autre, Mathilde Lalle s’est rendue en Grèce à l'automne 2013 et au printemps et à l'automne 2015 pour partager le quotidien de personnes ayant décidé de quitter les villes pour vivre à la campagne, à cause de la situation économique du pays. Ce phénomène sociétal d’exode urbain est en effet massif : 600 000 grecs ont déjà fait ce choix.

Elle s’est donc rendue sur place pour tenter de mieux comprendre ce phénomène en le vivant elle-même de l’intérieur. Elle a ainsi réussi à rencontrer une douzaine de familles dont elle a partagé l’existence pendant quelque temps. Son questionnement principal était de savoir si ce choix, fait au départ par la force des choses, amenait des changements bénéfiques dans la vie des personnes.

Quand elle vivait avec ces gens, Mathilde Lalle a réalisé de nombreuses prises de sons de leur quotidien ainsi que leurs témoignages. A partir de cette matière sonore, elle a décidé de créer l’installation sonore Siga Siga sous forme d’un parcours contenant dix points d’écoute.

En invitant le spectateur à se déplacer physiquement d’un point à un autre, le parcours se fait l’écho de l’expérience qu’elle a vécue. Les sons que l’on peut entendre au fur et à mesure des zones d’écoute durent de plus en plus longtemps et les dispositifs dans lesquels l’artiste invite le spectateur à s’installer sont de plus en plus confortables. Le spectateur commence debout à écouter à un casque fixé au mur, dans un dispositif très muséal et termine allongé dans une chaise longue, dans une situation qu’il ne connait presque que chez lui. Petit à petit, son corps et son esprit se relâchent.

En effet, Mathilde Lalle a souhaité axer son travail sur le constat que le choix de ces personnes de quitter les villes leur a permis d’expérimenter un nouveau rythme, les amenant progressivement à respecter davantage leurs besoins personnels. Siga Siga, expression grecque qui signifie littéralement Doucement Doucement, est dans toutes leurs bouches. Cette dynamique nous amène à questionner les habitudes inconscientes que nos sociétés nous poussent à adopter.

Le dispositif développé par l’artiste propose au spectateur une vision singulière de la crise en Grèce et en Europe. Il permet de découvrir les quotidiens et les chemins singuliers des personnes qu’elle a rencontrées, en vivant une forte expérience sensible. Siga Siga invite à prendre un temps pour soi.


Vidéo réalisée par Gaëlle Berthomé lors de l'exposition de l'installation en Grèce au printemps 2015.


Ce voyage, initié par une rencontre avec la chorégraphe Claire Cauquil de la Cie Passe-Velours, a permis à Mathilde Lalle de faire de nouvelles prises de sons, deux ans après les premières, suivant ainsi l'évolution des personnes.

De ce nouveau voyage, qui incitera l'artiste à retourner encore une fois en Grèce à l'automne 2015, pour suivre les initiatives des grecs solidaires envers les réfugiés syriens ainsi que leurs réactions suite à la signature par Tsipras d'un nouveau memorendum, naîtront deux nouveaux projets : Akoma mia Volta, spectacle de danse contemporaine porté par la Cie Passe-Velours dans lequel Mathilde Lalle assure la création sonore avec le guitariste Rémi Savignat, axé sur les processus de transformation quotidiens des grecs (cliquez ici pour en savoir plus) ; ainsi qu'une nouvelle installation sonore axée sur les notions de pouvoir et de démocratie, en cours de création, qui sera présentée pour la première fois en octobre 2016 dans le cadre de l'événement organisé par l'association patch_work.



Vidéos réalisées par Gaëlle Berthomé lors des résidences de la Cie Passe-Velours avec Mathilde Lalle au Duncan Dance Center d'Athènes et à l'Akropoditi Dance Center d'Ermoupoli au printemps 2015.


Téléchargez le dossier de l'installation

Expositions :
Mix'art Myrys, Toulouse, 1e et 2 novembre 2014, dans le cadre de l'événement organisé par patch_work
La Ferme de Dina, Argalasti, Grèce, 19 avril 2015
Graph-CMI, Carcassonne, du 2 au 5 juillet 2015, dans le cadre du Festival Champs Numérique
Musée de Kozani, Grèce, reportée au printemps 2016, dans le cadre du Festival des Arts de la Parole
Centre Culturel Le Rond-Point, Labruguière, du 21 au 30 octobre

L'artiste souhaite diffuser cette installation en France, en Grèce et plus généralement en Europe, dans des lieux dédiés ou non à l'art.

L'équipe artistique :
Porteuse du projet et artiste auteur de l’oeuvre : Mathilde Lalle (droit d’auteur:100%)
Direction générale du projet, enquêtes, scénographie et création sonore : Mathilde Lalle
Regards extérieurs : Pierre Jodlowski et François Donato (éOle, collectif de musique active)
Gestion administrative : patch_work, arts émergents
Soutien technique : François Donato, Simon Pret
Remerciements : Merci à Emmanuel Briand, Elodie Requier, Mathilde Richard, Calliopi Tarasi, Fotios, Maria, Kostantinos, Vassilis et Nicoletta, Tania et Antonis, Nikos, Dina, Tomas et Lia, Yorgos, Christos et Flery, et plus généralement toutes les personnes qui m'ont accueillie et aidée en Grèce et en France. Merci également à Cécile Olmos, Claire Cauquil, Olivier Nevejans, Erell Combot, Gaëlle Berthomé, Claire Sauvaget, Mathilde Murat et à toutes les personnes m'ayant donné leurs précieux avis lors de certaines étapes de la création.
Production : patch_work, arts émergents, avec le soutien de la Ville de Toulouse dans le cadre du projet Implicatis Mundi, autofinancement de l'artiste concernant le voyage
Partenaires : éOle, collectif de musique active, Mix'Art Myrys
Résidences : studio éOle (Blagnac) (par intermittence de janvier à octobre 2014), Le Dojo (Axat) (26 avril-11 mai 2014), Mix'Art Myrys (Toulouse) (22-26 septembre 2014) (20 octobre-2 novembre 2014)

Association loi 1901 W313014101
SIRET 523 490 050 00037 Code APE 9003B
Mentions légales