Mathilde Murat, artiste patch_work  

Démarche :

Mathilde Murat explore par sa pratique de l’installation la frontière entre le corps et son environnement sensoriel. Par une approche scénographique, elle instaure des espaces immersifs dont la plasticité se co-construit en lien avec l’expérience des corps.

Parcours :

Née le 17 juillet 1986, Mathilde Murat est artiste plasticienne, et chercheur associée au LARA.

Elle crée son premier projet participatif b.l.A.n.K en 2008. En 2009-2010 elle s'associe avec la plasticienne Mathilde Lalle. En mai 2010, elles fondent l’association patch_work afin, structure qui aspire à rassembler des artistes et des techniciens de divers disciplines autour de projets. Elles co-dirigent le premier projet porté par patch_work : l'installation interactive Morphée créée en 2011 avec Grégory Marteau : projet d'envergure soutenu par éOle, le GMEA d'Albi, le Réseau Arts Numériques (RAN). L'oeuvre a fait l'objet de plusieurs diffusions dans différents festivals (Novelum, Théâtre Garonne,Toulouse 2011; Night Shot, Chai Bousquet, Malves 2012; Di@ran, anciens abattoirs, Vielha, 2012, Emergences, Nuit des Musées, Musée Saint Raymond, Toulouse 2013).

Depuis 2010, Mathilde Murat développe une démarche de création-recherche qui articule différents volets. Sur le plan de la création elle propose le projet d'installation eNtre, qui fait l'objet d'une réflexion profonde sur les phénomènes interactifs au niveau spatial, en lien avec la corporéité. Elle mène pour cela une thèse en arts plastiques, Scénographies interactives, interfaces et interférences, qu'elle soutient avec les félicitations du jury en mai 2014. Elle développe en 2014 une démarche d'expérimentation et lance deux projets d'installation : La Flaque, et Hors champs (collaboration avec Claire Sauvaget).

L'implication de Mathilde Murat dans une pratique artistique se rattache également à un investissement sur différents terrains professionnels. Elle s'implique dans des activités de régie technique et organisationnelle. Elle coordonne la 13è édition du festival Traverse Vidéo (juillet 2010-juillet 2011). Elle participe au montage et la maintenance de l'oeuvre Truce de Robin Meyer lors de la 15è édition du Festival Novelum (novembre 2012).

Par ailleurs, Mathilde Murat attache une grande importance aux activités pédagogiques. Elle participe au développement et la mise en place d'actions pédagogiques de l'association patch_work auprès de publics scolaires et périscolaires. Elle enseigne depuis 2010 ponctuellement en temps que chargée de cours à l'université de Toulouse Jean-Jaurès (Master création numériques-, master art et com'). De 2011 à 2013, elle propose en CFA des cours d'histoire des arts et de pratiques plastiques. Enfin, elle enseigne depuis 2013 dans le secondaire et obtient en avril 2014 le CAPES en arts plastiques.

Positionnement scientifique :

Mathilde Murat est Docteur en arts plastiques, chercheure associée au Lara.

Son travail de thèse, dirigé par Patrick Barrès et Carole Hoffmann, a été effectué au sein de l’équipe Seppia-Savoir Praxis et Poïesique en Art, du Laboratoire de Recherches en Audiovisuel (LARA), rattaché à L’Ecole Supérieure d’Audio Visuel (ESAV) et à l’école doctorale Arts Lettres Langues, Philosophie et Communication (Allph@), de l’Université de Toulouse II le Mirail.

Le collectif ma~

Né d’une rencontre entre deux jeunes artistes toulousaines aux préoccupations a priori divergentes, le collectif ma~ se définit comme zone d’hybridation de pratiques artistiques, en perpétuelle recherche de nouveaux possibles. Il inscrit son travail dans les problématiques du monde contemporain en utilisant pour ce faire différents médias (vidéos, sons, lumières, jeu corporel, chant, internet...). Il met ainsi en place des dispositifs relevant de l’installation ou de la performance, intrinsèquement liés à la présence du spectateur.

En effet, la place du spectateur est au centre des créations de Mathilde Lalle et de Mathilde Murat. Par le biais de dispositifs interactifs, il accède à une perception sensible et intellectuelle de l’influence directe qu’il a sur l’oeuvre.

Le collectif travaille autour du concept d’oeuvre participative afin d’enrichir sa production artistique au contact de divers publics. Entre sphères sociale, intime et artistique, il génère des espaces où tout semble possible.

Depuis sa création en mai 2009, le collectif ma~ s’inscrit dans le milieu artistique toulousain, notamment en partenariat avec l’atelier multimédia du Centre Culturel Bellegarde de la Mairie de Toulouse avec lequel les artistes crééent une performance avec et pour des enfants, Digital Cabane Operation, qui est diffusée dans le cadre de l’édition 2010 du festival Empreintes Numériques. Elles montrent également dans le cadre de ce festival une installation vidéo à la Fabrique Culturelle de l’Université de Toulouse le Mirail, Revient dans 5 minutes, pour lequel elles reçoivent le soutien du CIAM et du FSDIE. Elles sont de surcroît programmées par le festival Traverse Vidéo 2010 avec leur performance Zou !

La médiation concernant son travail artistique est également une part importante du collectif ma~ qui propose des interventions de différentes sortes à différents public. Les artistes donnent notamment une conférence à Tulle en janvier 2010 sur le thème : "Installation et Performance". Elles proposent également ateliers pédagogiques et médiations autour de la création contemporaine dans plusieurs structures accueillant un public non initié.

En mai 2010, Mathilde Murat et Mathilde Lalle fondent l’association patch_work, ayant pour but le développement de projets dans le domaine des arts contemporains, des arts numériques et de l’hybridation des pratiques artistiques. Elle a vocation à produire, diffuser et questionner les arts émergents, afin de proposer à la région toulousaine une plate-forme d’expérimentation, de recherche et de médiation dans ce domaine.

Association loi 1901 W313014101
SIRET 523 490 050 00037 Code APE 9003B
Mentions légales